Avis d'expert n°2 - Janvier 2006
(repris par La Lettre de Logistiques Magazine de février 2006)

Externaliser ou ne pas externaliser ? Telle est la question.

Donner des éléments de réponse à cette question, c'est d'abord définir ce qu'est la logistique en entreprise pour ensuite approcher les enjeux stratégiques liés à l'externalisation des opérations logistiques et les méthodes pour y parvenir.

Qu'entendons nous exactement par logistique ? On constate que chaque entreprise a sa propre approche. D'un périmètre à l'origine très restrictif, cette mission regroupe aujourd'hui toutes les activités relatives à la gestion des flux physiques et des flux d'informations associés à ceux-ci.
On entend par flux physiques, les opérations touchant au transfert et stockage (transport, manutention, préparation, conditionnement…) de marchandises (matières premières, semi finis, produits finis).
Les flux d'informations quant à eux regroupent toutes les opérations qui permettent de gérer ces opérations physiques (approvisionnement, gestion des stocks, ordonnancement, administration des ventes…).

Première question : Quand on parle d'externalisation de la logistique, de quelles opérations est-il question ?
- Transport amont et/ou aval
- Stockage, gestion des stocks
- Préparation de commande…

La première question étant clarifiée, se pose maintenant la deuxième :
Faut-il ou non externaliser telle ou telle opération ?
La réponse doit être abordée sous un angle stratégique. Externaliser une activité logistique est une décision lourde de conséquences économiques et sociales qui engage l'entreprise sur une période longue (contrat entre 3 et 5 ans).

La question peut donc se poser plutôt en ces termes : ces opérations sont elles stratégiques pour mon entreprise ? Font-elle parties de mon cœur de métier (core business) ?
La réponse est fondamentale et doit être prise au plus haut niveau de l'entreprise.
Il ne faut jamais oublier que la mission première de la logistique est de livrer le bon produit, au bon endroit, au bon moment et au bon prix. Ces éléments sont les constituants de base du service exigé aujourd'hui par les clients sur l'ensemble de la chaîne.

Donc la question devient : quels risques je prends en externalisant des opérations qui sont importantes pour la qualité du service ?

Si nous devions simplifier les avantages et les inconvénients de l'externalisation, voici ce qu'il conviendrait de retenir :

Avantages / Opportunités
Inconvénients / Risques
- Recentrage des investissements - Perte de contrôle de l'activité prestée
- Coûts variables (tout ou partie) - Engagement par contrat à long terme
- Savoir faire du prestataire - Perte de savoir faire
- Flexibilité - Dépendance vis à vis du prestataire
- Allégement du haut de bilan - Risque social


Ce n'est pas le nombre des uns et des autres qui importent mais le poids attribué à chacun d'entre eux.
Ce poids variera en fonction de la nature des opérations, de la culture de l'entreprise et des raisons invoquées.

L'externalisation a pour conséquence la plupart de temps de transférer le personnel (application de l'article L122-12 du code du travail). Ce transfert entraîne des craintes et des doutes pour les salariés concernés mais également pour les autres (aujourd'hui eux, demain nous ?).
Il est donc impératif de préparer un plan de communication en interne et en externe pour accompagner ce changement.

L'aspect prix n'a volontairement pas été repris dans ce tableau.
On constate en effet que l'externalisation d'une fonction déjà optimisée ne procure que peu ou pas de diminution des coûts. La différence de coûts sociaux est souvent compensée par la marge du prestataire.
On pourrait même dire qu'une externalisation motivée uniquement par le prix a de grande chance d'être décevante pour les deux parties, voire un échec.

Puis, il faut étudier ce qui se passe chez les autres (et en particulier à la concurrence), ce qui revient à dire : quelles sont les opérations les plus externalisées ?
A titre informatif, les entreprises de production sous-traitent en moyenne plus de 89% de leur transport et 26% les autres prestations logistiques telles que l'entreposage.


Si on décide d'externaliser : comment faire ? Quelle méthode suivre ?

A/ Avant l'opération :
1/ Se poser les bonnes questions. Penser en premier lieu stratégie à moyen et long terme, et en deuxième lieu, élaborer l'approche économique de l'alternative "faire" ou "faire faire"..
Ex : choisir l'externalisation de sa logistique pour des raisons de plus value immédiate consécutive à une dé consolidation d'actif et/ou comme solution à des problèmes de management de personnes ne s'avère pas être la réponse la plus adaptée.
2/ Bâtir un cahier des charges précis et évolutif tant dans les prestations que dans les prix et donc bien étudier les performances du prestataire. Il est important d'inciter le fournisseur à améliorer son service et en particulier sa productivité.
L'obligation de résultats, la réversibilité et les implications informatiques doivent également figurer dans le cahier des charges. Il faut savoir prendre le temps de le bâtir en y associant les différents intervenants et envisager les différents scénarii.
Bâtir ensuite un contrat qui encadrera le cahier des charges.
3/ Lancer un appel d'offre et négocier ensuite de façon équilibrée (gagnant - gagnant) sinon la prestation s'en ressentira et donc la qualité de service.
4/ Préparer un plan de communication qui s'adresse à l'interne (ensemble du personnel avec une attention particulière pour les salariés transférés) et à l'externe (institutionnels, clients, fournisseurs).

Attention, toutes ces phases doivent rester confidentielles pour ne pas perturber le bon fonctionnement de l'entreprise.

B/ Après l'opération :
5/ Mettre en place des suivis réguliers de la prestation à l'aide d'outils objectifs. Cette dernière phase est essentielle car elle permet de limiter les dérives inhérentes à tout contrat à long terme.

Pour conclure, trois enseignements :
- Avant d'externaliser telle ou telle opération, le donneur d'ordre doit d'abord maîtriser sa chaîne logistique. Externaliser des dysfonctionnements ne s'avére pas toujours bénéfique.
- Si l'externalisation de certaines opérations peut paraître pertinente, la maîtrise de la chaîne doit rester au sein de l'entreprise.
- On constate si le développment de l'externalisation se confirme, sa croissance ne serait plus qu'à un chiffre.
Certaines entreprises soucieuses de leur qualité de service ou de la gestion de leur effectif, se pose même la question de la ré - internalisation de la logistique ce qui n'est pas simple non plus !

La vie est un éternel balancier…

Loïc Mirieu de Labarre