Avis d'expert n°6 - Novembre 2013

Un sujet stratégique : l'arbitrage entre les coûts et les services logistiques facteur clé de succès ?

Certains chefs d'entreprises pensent que la logistique doit se réduire à la seule problématique coûts / services et que tout doit être mis en œuvre pour réduire ces coûts.

Cette vision de la chaîne logistique est aujourd'hui obsolète pour deux raisons   principales : les facteurs de différenciation et les éléments d'un service pérenne.

1/ Les facteurs de différenciation

Tous les marchés ou presque sont soumis à la concurrence. Les deux facteurs clés qui permettent à une entreprise de se différencier de l'offre de ses concurrents, que cela soit en B2B ou B2C, sont l'innovation et les services associés au produit/service vendu.

Ne revenons pas sur l'innovation, essentielle quelle que soit sa nature. Insistons plutôt sur les services qui vont permettre d'asseoir un produit ou une marque dans la durée. Des services qui vont faire que l'entreprise se différenciera sur son marché.

Tout d'abord les services liés au temps de réponse par rapport à une demande. Puis ceux liés à la fiabilité (quantité, qualité, conformité des prix…). Et enfin les services liés au produit (mise en main, SAV, retour des produits usagés ou non-conformes…).

Ces services sont par nature logistiques sauf certains qui peuvent être de nature technique (SAV par exemple, si la maintenance du produit fait appel à des compétences "pointues").

2/ La pérennité de la relation

Certains ne voient dans la chaîne logistique et par extension dans le prestataire qui effectue ces opérations, qu'un facteur de coût (transport, stockage). Cette vision est réductrice.

Cette diminution des coûts est souvent obtenue suite à une forte pression sur les prestataires auxquels on demande quand on ne leur impose pas, une réduction de leur prix lors d'appels d'offre ou de négociations annuelles.

Les chargeurs, plutôt que de remettre en cause leur propre organisation, font donc porter à leurs fournisseurs les réductions de coûts imposées par leur direction. Cette quête du moindre coût fragilise le prestataire logistique et par voie de conséquence sa prestation. De ce fait, le service rendu au client final risque de perdre en qualité et mettre ainsi en péril l'entreprise.

3/ La démarche pour une solution optimale

Avant d'envisager une réduction des coûts, il est donc nécessaire de redéfinir l'architecture de l'organisation logistique amont, interne et aval et d'étudier son optimisation. Celle-ci doit avoir pour objectif d'améliorer la qualité de service aux clients pour un coût plus faible.

Ensuite, en fonction de l'organisation choisie, il sera temps de lancer des appels d'offres auprès des prestataires et d'obtenir d'eux le bon prix pour le bon service.

D'expérience, on constate que la mise en place d'un tel projet permet de réduire la facture de 10 à 20%, tout en améliorant le service.

Sachant que les coûts logistiques représentent tous secteurs confondus 12% du Chiffre d'Affaire d'une entreprise, la marge de l'entreprise est améliorée de 1,2 à 2,4% suivant le secteur concerné. CQFD !

En conclusion   un vieux principe de grand mère   : « ne mettons pas la charrue avant les bœufs ».

Loïc Mirieu de Labarre